Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Des parents par Mad et Mar
Da la gaudriole par Mad et Mar
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
La faune et la flore par Jean Mouline

Stéradian publié initialement le 5 janvier 2013

Éric Besnard

Cl. Cornillac / A. Dana / Br. Solo / P. Chesnais / G. Klein / J.-P. Martins

Il est des films dont la facture s'en ressent, niveau prod. TF1 ? Indubitable signal, qu'on aura, même à échapper à Jean Reno ou Luc Besson et ses disciples (Taxi, B13...), au moins un Bruno Solo plus connard que nature (et loin de sa caméra-café), des armes automatiques dernier cri, des quads dans la boue, de la Guyane française à gendarmes, à orpailleurs, à explosions, à commandos. Des plans numérisés saturés de couleur vidéo 56000 tons, agrémentés de travellings aéroportés qui nous feraient croire qu'on « domine » la jungle comme une vulgaire ZAD nantaise ; une mangrove propre comme une pub Fa douche ; des Noirs et des Indios de-ci de-là ; un scénar love à la 10 petits nègres où les derniers qui restent finissent en couple, en vue de la pelle finale ; une morale à la truelle (l'or, ça brûle les mains) ; et cet interminable goût de chiottes qui nous donne de l'amertume même à repenser aux quelques petits riens, qui nous ont plu. Et puis y en a marre de ces films de pub, français jusqu'au polo Lacoste, où des douzaines de clones de François Cluzet nous causent sur ce ton (ici, B. Solo, ou le gars des services secrets), entre deux sourcils froncés, une chemise bleu-cadre, et ce sentiment arrogant d'être au centre du monde.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires