Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Da la gaudriole par Mad et Mar
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Des parents par Mad et Mar
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
La faune et la flore par Jean Mouline
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois

Stéradian publié initialement le 24 novembre 2012

Fr.-USA-Br. 2012. Walter Salles

S. Riley / Kr. Stewart / G. Hedlund / K. Dunst / A. Adams / V. Mortensen / M.-G. Guay / T. Sturridge

Sorte d'Into the wild, mais adapté de Kerouac, tandis que le bio film du bio Sean Penn l'était de Krakauer. Moi, par kontre, je débarke gentiment dans l'univers beatnik, celui-là même qui servit de matrice à notre ère gonzo, si rayonnante de disciples en pagaille. Du coup, j'ai trop rien compris, à Sur la route, sinon qu'ils sont jeunes, épris de liberté, et que le terme « road-movie » n'a pas dû voir le jour avant le bouquin éponyme (épo-nyme signifie ET synonyme ET homonyme) de Kerouac. Et qu'avant eux, donc, en termes de poésie défoncée, y avait Baudelaire, et rien. Pour moi, le premier film-route est, sinon la Grande Vadrouille, au moins Thelma et Louise, qui, on s'en souvient, ne s'en privèrent pas, de liberté. Je passe sous silence les bordels amoureux, familiaux, amicaux, que notre beat-trio se taille à grands coups de pas, d'horizons z'et de tours de roues : ils sont à peu près pain quotidien, depuis un moment. Le goût pour Proust, sans doute, a tout chamboulé. D'ailleurs, Viggo Mortensen nous le rappelle bien, de quoi le Vieux monde, celui d'Eastwood et Schwarzenegger pataugeant dans leur moyen-âge, était fait. Quel acteur, Viggo. Dans la série, Buscemi opte pour laisser friper sa tronche sous Borsalino, depuis la (bonne, c'est rare) série Boardwalk Empire, et il fait bien, Ellroy doit l'adorer, du haut de ses nœuds paps. Car les époques, 1963 et consorts, sont très joliment photographiées, ils y sont allés mollo sur le sépia pour une fois. Sam Riley est plus qu'intéressant, on l'avait beaucoup apprécié, en Ian Curtis joyeusement divisé, dans le superbe hommage de leur ami photographe, le Control d'Anton Corbijn. On les remercie bien, en guise de biopic à peine voilé, de ne pas avoir pris Di Caprio (On reviendra prochainement sur un John Edgar Hoover, effectivement « joué », par notre égérie androgyne des 90's.) Enfin, Kirsten et Kristen (Dunst et Stewart) donnent de quoi se poser la question, du sens de la route... tant, qu'elle donnerait presque envie de la prendre à l'envers : sur la trace, dans les pas, dans la peau... Après Rhum Express, bien après Las Vegas Parano, c'est donc très bienvenu, cette archéologie de la route, sur les pas de nos pairs, fondateurs frondeurs. Hunter S., si tu croises Jack, de l'autre côté de la road, trinquez donc un Jim Beam à nos santés, si mobiles.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires