Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Des parents par Mad et Mar
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Da la gaudriole par Mad et Mar
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
La faune et la flore par Jean Mouline
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois

Stéradian publié initialement le 5 novembre 2012

2012. USA. Daryl Wein

G. Gerwig / J. Kinnaman / Z. Lister-Jones

Happé au passage de cette bluette petite-bourgeoise supplémentaire (mais dont l'avantage est tout de même de nous épargner et Woodyallen, et Gwynethpaltrow) : ce que cette fausse Bridget Jones étudie. Le silence, dans la littérature de la fin du XIXe. Allons-y. C'est la rentrée, et puisque le film est sans intérêt à part ce détail, comme on dit d'un tableau, offrons-nous cet ex-cursus. Le silence, donc. Un éloge du silence. Stop tout. Les mots doux, les mots d'amour, les mots de tous les jours, stop. Ta gueule. Plus de gros mot, plus de mail, plus un faux pli, plus de trahison, plus de pacte, plus de déchirantes plaintes, plus d'accords, ni de désaccords, plus un seul mot, plus une larme, plus un rire, plus rien. Du tout. Silence radio, calme plat. Place pour autre chose, l'ombre, la mémoire, les mythes, ses mensonges, la cristallisation, le passé, le présent continu, hors-sol, hors-mémoire, vers l'oubli, cet Anti-l'Autre et sa sauvage liberté. En silence, la vie reprend. Seulement en silence. Tenir loin les rêves, l'odeur, la voix, les yeux, leur absence. Plus de contact, plus jamais, le dernier des tacts. Ce dénominateur zéro, celui qui une fois opéré, ne peut indiquer qu'égal à... « error ». Tenir loin le mal, tenir loin l'ennemi, par-delà les frontières de notre empire secret, et défendre cette citadelle coûte que coûte. En silence. Cet Éternel rayonnement solaire de l'esprit sans lieu (M. Gondry). Peut-être que quand ce n'est plus de l'histoire ancienne, c'est que ce n'était, juste, pas une histoire.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires