Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
La faune et la flore par Jean Mouline
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
Des parents par Mad et Mar
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Da la gaudriole par Mad et Mar
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois

C’était pas faute d’avoir prévenu. Depuis quelques années, vidéosurveillance, mise sous écoute des rames, automatisation de la billettique et opérations de contrôle spectaculaires ont dessiné le virage sécuritaire opéré par Transpole. Il y a une semaine, pour alourdir les charges contre une femme jugée pour « violences légères contre des agents de Transpole », l’avocat Christophe Everaere a cru bon de sortir de sa manche une pièce relatant les amendes  et les défauts de paiement de la prévenue depuis 2009. Écartée par le président, la dite-pièce vient prouver de fait que Transpole s’est constitué un fichier, illégal, de mauvais clients et des fausses identités. Un syndicaliste CGT renchérit : « Ce que je sais, c’est que des personnes qui ont postulé chez nous n’ont pas eu leur place car elles figuraient sur cette liste. » Plus que vers Transpole, dont les pratiques n’étonneront que les plus naïfs, c’est assurément aux élus de venir justifier le fait qu’on laisse à une entreprise délégataire de service public la possibilité de ficher des citoyens. Mais qui a pu laisser pareilles dérives se mettre en place ? « Allez qui c’est les plus forts ? Évidemment c’est les Verts ! » Monsieur Quiquet était effectivement Vice-président de la Communauté urbaine de Lille chargé de la commission Transports Urbains à la fin des années 2000. Aujourd’hui, son successeur Gérald Darmanin, toujours prêt à sortir la matraque, doit se réjouir de tout ce travail préparatoire.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires