Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
Da la gaudriole par Mad et Mar
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
Des parents par Mad et Mar
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
La faune et la flore par Jean Mouline
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error

crime.jpgNous relayons ci-dessous un texte publié ce matin par le C.R.I.M.E revenant sur l’affaire des jeunes happés par un train vendredi dernier à Lille, dont deux y sont restés. Alors que le parquet contredit formellement la mise en cause de la police, les survivants racontent comment ils ont couru justement pour lui échapper. Leur témoignage est accablant et rappelle la mort de Zyed et Bouna survenue il y a douze ans.


• Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par un Train Express Régional (TER) sur la ligne Lille-Calais-Dunkerque au niveau de la cité Saint-Maurice, à la frontière des quartiers de Fives et de Saint-Maurice Pellevoisin. Deux d'entre eux sont morts. Malgré le choc et les blessures, les deux rescapés témoignent. Et démentent dignement la version de la police et de la presse locale.

Lundi dernier, à 20h45, une centaine de personnes se rassemblent sur la place Degeyter à Fives pour rendre hommage à Selom et Mathis, morts pendant le week-end. Quelques heures plus tôt, le procureur de la République explique que la version d'une course poursuite avec la police n'est qu'une « rumeur » et que les quatre jeunes auraient voulu prendre un « raccourci » le long des lignes SNCF… Les médias – La Voix du Nord en tête – se contentent de relayer cette version. Affaire classée.

Un accident, vraiment ?

Pour Ashraf et Aurélien, les deux rescapés que nous avons rencontrés, il ne s'agit pourtant pas d'un accident. Leurs témoignages se recoupent alors qu'ils n'avaient pas encore eu l'occasion de se parler. Ashraf, dans une chambre de l'hôpital Roger Salengro où il est encore en observation pour quelques jours, revient sur les faits : « C'est allé hyper vite, entre trois et cinq minutes. On était assis dans la cité, ils sont entrés à six en uniformes avec leurs matraques. Ils ont couru vers nous, ils voulaient nous attraper. On a eu peur et on est partis en courant ». « Ils », ce sont les nouvelles unités de la police nationales déployées en grand nombre dans le quartier depuis septembre, tout particulièrement autour de la cité Saint-Maurice et de la place Degeyter. Le résultat ? Un net regain de tensions entre jeunes et forces de l'ordre. « Depuis deux-trois semaines, c'est vraiment tendu dans le quartier. »

« On ne voulait pas se faire éclater encore une fois »

Pourquoi ont-ils eu peur ? « C'est ceux qui nous frappent tout le temps, pour rien, explique Aurélien, blessé au bassin et au visage et obligé de se déplacer en fauteuil roulant. Encore hier, ils ont frappé quelqu'un. On ne voulait pas se faire éclater encore une fois. Tu sais combien de fois je me suis fait frappé ? Tu sais comment ils m'appellent ? Par mon nom de famille. Ils nous connaissent très bien et c'est toujours la même histoire. La nationale, ils te lâchent seulement quand tu cries et tu pleures... »

Arrivés sur la voie ferrée, les jeunes ont à peine eu le temps de comprendre. « On a entendu un gros coup klaxon, raconte Ashraf. J'ai volé et je suis retombé plus loin. J'ai vu que les deux autres étaient tombés. Les secours me mettaient des claques pour pas que je m'endorme et m'obligeaient à regarder vers les buissons pour ne pas voir mes potes. Et après je me suis évanoui. Ça a été très violent : quand je me suis réveillé ici [à l'hôpital], je courais encore, dans ma tête, j'étais encore dans la poursuite. » Si Ashraf perd rapidement connaissance, Aurélien se souvient : « C'est un passager du train qui est venu faire les premiers secours et ensuite les contrôleurs et la sécu [la sûreté générale, la police de la SNCF] sont arrivés. » Contrairement à ce qui est dit dans la presse, le groupe de « CRS » arrivé sur place n'intervient pas suite au drame mais semble être celui qui a entrainé toute cette histoire.

Les flics qui les poursuivaient ont-ils pu savoir ce qu'il leur est arrivé par la suite ? « Quand on a sauté vers les rails, ils étaient à cinq mètres derrière nous », explique Ashraf. Pour Aurélien, c'est sûr, « ils ont vu le train passer deux secondes après nous. Ils nous ont coursés jusqu'au bout. » Concernant la thèse du raccourci relayée dans la presse : « On va pas prendre un raccourci pour aller sur les rails ! s'exclame Ashraf. Un raccourci pour aller où ? »

Intox

On se pose donc la question : d'où vient cette version des faits ? Peut-être a-t-elle été recueillie lors d'interrogatoires réalisés le soir même, sur le lieu de l'accident (avec Aurélien) ou à l'hôpital (avec Ashraf), ce dernier ayant dû signer des documents pré-remplis et sans les lire. Au-delà du fait de témoigner contre la police auprès de la police, on imagine aussi ce que signifie ce genre de témoignage lorsqu'on vient de connaitre un traumatisme aussi important. « C'est que hier [lundi 18 décembre] que j'ai vraiment réalisé ce qui s'est passé », explique Ashraf.

On comprend mieux ce qui a entrainé les feux de voitures de ce week-end à Fives. Et pourquoi les versions officielles de la justice, de la police et de la presse ont toujours autant de mal à passer aujourd'hui. L'affaire n'est donc pas classée. C'est tout un quartier qui réclame vérité et justice pour Selom et Mathis.

Le C.R.I.M.E Lille

Le 20 décembre 2017 •

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires