La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
La faune et la flore par Jean Mouline
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
Da la gaudriole par Mad et Mar
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Des parents par Mad et Mar
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois

 « Ce ne sont pas des soldats, ce sont des hommes. Ce ne sont pas des aventuriers, des guerriers, faits pour la boucherie humaine - bouchers ou bétail. Ce sont des laboureurs et des ouvriers qu'on reconnaît dans leurs uniformes. Ce sont des civils déracinés. Ils sont prêts. Ils attendent le signal de la mort et du meurtre ; mais on voit, en contemplant leurs figures entre les rayons verticaux des baïonnettes, que ce sont simplement des hommes. » Henri Barbusse, Le Feu, 1916.


• À toi les commémorations

les artifices et journées mortes

toi qui a brûlé les papiers

d'une médaille qu'il te fallait payer.

 

Sur les vraies agonies des onze novembre

au bruit des oublis, à la furie des clairons

les grondements tremblent mes fenêtres,

fumerolles d'une boucherie en bruyantes paillettes.

 

Devant tes yeux, derrière tes oreilles,

se souviennent-ils de ce peuple en armes

du quand, du comment, du pourquoi

les gens piétinent les vieilles dalles des mémoires ?

 

Partout des ombres, des poutres fumées

sur les visages silhouettes

les barrages vides d'électricité reine

dévalent au cordeau les souvenirs trop ridés.

 

Les gyrophares coupent la nuit en saignées bleues

un goût curieux sur le cadavre se répand

regards parallèles silences étouffés

se croisent dans les interstices de la scène.

 

Les habitudes ont fini de raidir vos rides

les flocons flottent comme un soudain incendie

au loin le ciel noir en contraste d'hiver

scande les lumières des partitions militaires. •

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires