• Écrit par Lille43000
  • Catégorie : Billets

Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives

Nous relayons ci-dessous un texte publié ce matin par le C.R.I.M.E revenant sur l’affaire des jeunes happés par un train vendredi dernier à Lille, dont deux y sont restés. Alors que le parquet contredit formellement la mise en cause de la police, les survivants racontent comment ils ont couru justement pour lui échapper. Leur témoignage est accablant et rappelle la mort de Zyed et Bouna survenue il y a douze ans.

  • Écrit par Lille43000
  • Catégorie : Brèves

Tout ça pour... rien

Le Défenseur des droits a rendu sa décision relative aux 53 arrestations du 15 janvier 2011 au Centre culturel libertaire de Lille. Coïncidence, nous l’avons reçue peu de temps après avoir publié un texte qui déplorait le silence de cette autorité, et en particulier de Jacques Toubon que nous avions rencontré en novembre. Quoi qu’il en soit, le Défenseur des droits confirme ce que nous avions rapporté ici-même. Les flics ont par exemple « utilisé leurs aérosols de défense pour saturer l’air et contraindre les occupants du local à en sortir, ce qui est exclusivement réservé aux unités spécialisées d’intervention » : manquement à la déontologie et manque de discernement. Ou ils ont aussi privé de repas les gardés à vue, enfermés « en moyenne une quinzaine d’heures » : manquement au « respect de la dignité des personnes ». Ou encore ils ont rédigé « de nombreux procès-verbaux [qui] contiennent des mentions fallacieuses » : faute professionnelle, manquement à leur obligation de loyauté, portant « atteinte à la crédibilité des personnes assermentées ». Enfin, le Défenseur constate qu’une « mesure privative de liberté a été […] maintenue en dehors de tout cadre légal »… Pourquoi le Défenseur des droits a-t-il mis aussi longtemps à rendre cette décision évidente ? La réponse se trouve peut-être dans cette précision « liminaire » : « les investigations […] ont été freinées par la communication tardive par le parquet de l’ensemble des pièces demandées » et « l’identification de tous les fonctionnaires de police présents lors des faits a été empêchée par l’impossibilité invoquée par la DGPN de transmettre un trombinoscope de ses agents ». Les flics ont donc été protégés par leur hiérarchie. À laquelle le Défenseur des droits ne recommande que de simples rappels au règlement.

  • Écrit par Lille43000
  • Catégorie : Brèves

100% d’abstention à l’ENL

Fermez les yeux. Cap sur une élection d’importance. Un jour de vote, un jour de pluie. 83% d’abstention. La démocratie niée. La suite est l’état d’urgence à l’état pur et social. Comme seule la Nation en est capable. Et comme José Saramago le décrit dans son roman La lucidité.

  • Écrit par Lille43000
  • Catégorie : Brèves

The Kinget in the North

François Kinget, en son nom élu de l’opposition municipale, un mec de droite qu’on connaît pas vraiment, a dit : « Malheureusement, Lille n’est pas équipée de caméras de vidéosurveillance sur la voie publique ». Affirmation tellement grotesque que La Voix du Nord qui la rapporte, se sent obligée de rajouter cette note de la rédaction (NDLR) : « sauf dans le secteur de la rue Jules-Guesde ». Kinget ne peut pas l’ignorer, car Martine Aubry a reconnu il y a peu de temps « l’absence d’efficacité probante de la vidéosurveillance sur le secteur de la rue Jules-Guesde ». Mais de ces caméras et des centaines d’autres recensées par Lille Sous-surveillance, Kinget  s’en tape. Il veut juste faire croire qu’il n’est pas en accord avec la politique d’Aubry, pourtant à peu près autant sécuritaire que celle qu’il prône.

  • Écrit par Lille43000
  • Catégorie : Brèves

Tweet again

Samedi 1er juillet, fin d’après-midi, la balade « urbaine » est passée par l’îlot pépinière, énième victime de l’urbanisation si chère à l’ancien directeur de l’ENL. Une fanfare de lutte s’est installée. À Fives, près de la place Degeyter.  Le soleil réapparaissait enfin.  Sur un lit de mousse familiale, Bruegel de Bois a débarqué pour la fête de l’APU-Fives et pour la conférence de presse. C’est alors que les instruments ont entonné à tous vents « L’Estaca ». L’enquête a viré en cache-cache et lancers de pétards sous les roues passantes des voitures.  De retour dans les locaux de l’ENL, Bruegel n’a pas su expliquer ce qu’il s’était dit lors de la conférence de presse. Mais la vérité est ailleurs, et elle tombe souvent  sur le twitter de l’APU.

  • Écrit par Bruegel de Bois
  • Catégorie : Reportages

Chroniques sétoises (2/4) : Ulysse est un oiseau de passage

« Nous étions quatre bacheliers sans vergogne, la vrai’ crème des écoliers. » C’était en 2014. Le navire 43000 échouait sur la plage de Sète, l’« Île singulière », au beau milieu de l’été. Abandonnés à eux-mêmes, quatre de ses moussaillons y tentèrent le tout pour le tout. Hélas, ce qui aurait dû être une délicieuse partie de plaisir journalistique a fini en hécatombe. Les pauvres, ils voulaient juste trouver Brassens… et il leur a fallu deux années pour s’en remettre. Voici leurs aventures, en quatre chroniques.

  • Écrit par Lille43000
  • Catégorie : Brèves

Champagne !

Christophe Itier, notable macroniste lillois qui souhaite en finir avec l’État-providence, a été battu dans la première circonscription du Nord. Le soir du premier tour, il assurait pourtant à ses soutiens : « On se retrouve ici la semaine prochaine pour fêter la victoire ». Ceci explique sans doute le fou rire général qui a saisi les élèves de l’École Néogonzo de Lille (ENL), hier, lors de l’annonce des résultats. Après avoir perdu aux côtés de Pierre de Saintignon – patronal-socialiste –, il perd à nouveau aux côtés d’Emmanuel Macron, son actuel business manager. Vers qui se tournera-t-il pour perdre les prochaines élections ? On ne préfère pas y penser, et on compatit plutôt avec les salariés de la Sauvegarde du Nord qui, pour beaucoup, voyaient en ce scrutin l’occasion rêvée de se débarrasser de leur directeur.

  • Écrit par Lille43000
  • Catégorie : Brèves

La fête a échoué

« Lille 2004 nous a fait gagner dix ans. » C’est à partir de ces propos, prononcés par Martine Aubry en 2012, que des chercheurs lillois ont tenté de détricoter « la reconversion de l’agglomération lilloise » dont les louanges sont chantées par les élites économiques et politiques. À croire ces dernières, l’agglomération aurait été sauvée de la désindustrialisation par la « bifurcation tertiaire » propre à la métropolisation. Seulement, ce n’est pas exactement l’avis des universitaires qui, réunis en un Collectif Degeyter, viennent de publier leurs travaux dans une indispensable Sociologie de Lille (La Découverte, 10 balles) : « cinquante ans après ses prémices, et sans nier les dynamiques économiques et culturelles nouvelles, la "bifurcation tertiaire" est loin de tenir ses promesses. [Elle] a plutôt réactivé et approfondi la structure divisée et inégalitaire héritée de la ville industrielle. Parmi les agglomérations françaises de plus de 250 000 habitants, hors région parisienne, celle de Lille est aujourd’hui la plus ségrégée. […] Les politiques publiques ont été au mieux impuissantes, au pire complices de ces évolutions ». La fête est finie, Madame Aubry.

  • Écrit par Mad et Mar
  • Catégorie : Reportages

La mort et la poussière

Mad et Mar ne savent pas vivre l'une sans l'autre, mais se voient peu. Leur gémellité prend forme dans un cahier qui vous sera livré ici, au fur et à mesure. Un dialogue entre Mar, éducatrice de rue, qui traîne ses baskets à l'ombre des barres de béton, écrasée de soleil. Et Mad, noctambule taciturne, qui passe ses nuits à la lumière des lunes, à observer la faune nocturne, en espérant un matin, peut-être, vraiment rencontrer quelqu'un.

  • Écrit par Lille43000
  • Catégorie : Brèves

Une victime présumée coupable… et la vérité dans tout ça ?

Une manifestation est organisée samedi 27 mai pour réclamer « la vérité pour Johnny ». Ce dernier est un animateur du secteur Winston Churchill dans le Vieux-Lille. Il a 27 ans, et se trouve dans le coma aujourd’hui. Pourquoi ? Accident de moto, dit la Police – relayée très consciencieusement par La Voix du Nord –, une moto « non homologuée », pilotée par « un jeune homme sans casque », sans doute impliqué dans « un rodéo ». En somme, Johnny est présumé coupable. La version semble trop simpliste et, surtout, passe sous silence un élément important : l’accident s’est produit alors que les flics intervenaient, de façon « démesurée ». L’affaire est d’autant plus troublante qu’elle fait écho à des dizaines et des dizaines d’autres affaires de ce genre. On se souvient d’Hakim Djelassi, aussi un jeune de Winston Churchill, mort en 2009 après un trajet en fourgon de police. La Voix s’était alors empressée d’expliquer qu’il était suicidaire et s’auto-mutilait… Bref, pour réclamer la vérité, aux côtés de la famille et des soutiens de Johnny, la manifestation partira samedi à 14h30 de la rue Paul Ramadier.