Originaire de la basse Bretagne, Erwan Letartier s'est exilé pour des raisons culinaires et culturelles. Il n'aime pas les crêpes et exècre les fest-noz ! Mais qu'à cela ne tienne, la mer ne le rebute pas. Et, de bateaux de pêcheurs Intermarché humant le doux parfum de la morue aux cargos thoniers et mafieux tout aussi odorants, il s'est retrouvé en Syrie.

Ayant un attrait poussé pour tout ce qui concerne l'actualité quotidienne et locale, il entreprend une formation de boucher avec le centre de formation professionnelle BHL (Boucherie Hautement Labiale). Grâce à cette étape il s’aperçoit que son attrait pour la boucherie tient plus du pictural que de la manipulation du hachoir. Il devient alors, tout naturellement, photographe culinaire.

De fil en aiguille, il participe à des concours photos et obtient le premier prix de l'Amicale de la photographie charcutière du quartier de Wazemmes à Lille, à savoir... une formation hautement journalistique à l'ENL. D'après les écoutilles murales, et leurs oreilles s'en souviennent, ses premiers mots sur le perron furent : « Beau gosse le boss ! »