Le Capitaine Cœur-de-Bœuf a vu le jour dans une caravane au milieu d'un champ de tomates du même nom, dans la région italienne de Campanie.

Biberonné aux pépites psychédéliques de la fin des années 1960 – qu'il écoute encore en boucle en s'enfilant Chimay bleue sur Chimay bleue –, il a depuis rejoint Lille Métropole à la recherche d'un emploi et d'élites patronales et politiques un peu moins dangereuses à attaquer.
Son fétiche : le poulpe.
Ses idoles, dans le désordre : Robert Wyatt, Pierre Naville, Hunter S. Thompson et David Harvey.
Son cri de guerre : « Et bim ! »