La Brique criera sur le marché !

La Brique vient d’être relaxée, et la mairie de Lille se tape la honte. Pour rappel, le journal « sans pub et sans pitié » avait refusé de payer un PV, dressé par la police municipale, en vertu de l’article 43 du règlement des marchés, qui en interdit l’accès « aux véhicules publicitaires, cortèges, vendeurs et distributeurs de journaux,  de tracts de toute nature et de prospectus à caractère publicitaire, organisateurs de loterie », etc. L’impayé avait valu à son directeur de publication d’être cité à comparaître devant le juge de proximité. Et ça, c’était vraiment taré. Car le règlement municipal est contraire à la loi – c’est un fait. Plusieurs responsables de la mairie en ont été mis au courant, comme Jacques Mutez ou Xavier Bonnet. Mais de la liberté de la presse, dont ils se targuent, ils n’ont eu cure. À l’instar de la responsable de la police des marchés, qui exige « une autorisation du cabinet du maire pour faire un reportage »… rien que ça. Aujourd’hui, le juge de proximité s’est donc prononcé : le règlement n’est pas assez « motivé » pour ce qui concerne les « vendeurs et distributeurs de journaux ». En d’autres termes, la liberté de la presse prévaut sur son article 43. Un article qu’il faudra bien modifier, car La Brique ne compte pas arrêter de crier.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires