Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
Des parents par Mad et Mar
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
Da la gaudriole par Mad et Mar
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
La faune et la flore par Jean Mouline
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois

Stéradian publié initialement le 5 janvier 2013

2002

Très distrayante petite connerie pour ados, car ça parle drogue, bagnoles, flingues. Pas très fine, du coup, non plus, la romance Carlyle-Mortimer, exs de leur Etat, elle tueuse, lui roublard, se retrouvant unis par les liens enfin, et qui parsème cette sarabande tarantino-bennyhillesque, toute cousue de vannes anti-britishs version US, ou anti-US version Albion. Mais sinon, tous les clichés les plus cons sur ces hégémoniques anglophones, vus les uns par les autres, nous font souvent passer de plaisants moments. « La drogue est votre amie », non mais sans dec’... Carlyle rayonnant, qui débite insanités sur baignes, tel un Begbie tainspottinguien de jadis, pour te sortir un « les Etats Unis ?? Pffff. C'est l'Albanie avec des néons, ouais ! », depuis sa Liverpool de merde, ça en jette un peu, surtout en face de Sam L. Jackson qui se fout de tout aussi, sauf de son fric et de son joli kilt. Ça se passe surtout de toute jugeote (quatre fois l'expression « boules de mammouth » en une seule course-poursuite), de toute mesure (ils grillent autant de caisses que de bastos en virevoltant les travellings), et de toute finesse (skins traitant Jackson de « macaque »), du coup ça se bouffe crument, en riant sincèrement, entre deux rots de Boddingtons ou de Miller, selon le point de vue. Après, c'est vrai que depuis la chanson éponyme des New Model Army, on avait pigé que l'élève ricain a dépassé le brit' maître, en termes de "qui colonise qui" : We're W.A.S.P’s / Yeah proud American sons / We know how to clean our teeth / And how to strip down a gun… Après, c'est vrai qu'elle est pas mal, son ex.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires