Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
La faune et la flore par Jean Mouline
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
Des parents par Mad et Mar
Da la gaudriole par Mad et Mar
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois

Stéradian publié initialement le 25 juillet 2012

Olivier Masset-Depasse

A. Coesens / S. Stévenin / M. Goethals / A. Bencherif / N. Zerkoune

Sacrément hurlant, comme silence. Ève, une infirmière amoureuse, se retrouve muette après un accident, dont les lésions ne sont pourtant pas la cause : c'est le choc, qui la fait se taire, ne plus réussir à dire, à répondre, à se défendre, à désirer. Son mec Damien est, au bout d'un an, en train de se tricoter sa porte de sortie auprès de Léa, un poil plus jeune, et loquace. Et bien sûr, c'est le drame. Rivalité, amour perdu, mots sur les choses qui ne peuvent que se passer des mots, justement, pour fleurir de ces silences, de ces mystères, de ces mensonges, en secret. Au-delà de la fiction, la très criante question de la prise de parole, au sein du « couple », entre les amants, est ici amenée comme feutrée, par les actes, malgré l’extrémité de la situation (l'accident bien gore), et de sa réaction sans chaîne (la folie amoureuse). Les plans sont serrés, comme les corps, mais les mots, parfois à peine prononcés, se rengorgent, re-capitulent, devant la vérité, devant le cauchemar, et surtout, devant, ou dessous, la voix de l'autre. Un concours des cris animaliers pour des bègues d'origine psychologique et autres logopèdes du cru... pourquoi pas. Mais pourquoi en montagne, ch'tie qui plus est ? (ah, on y est : c'est du belge.) De très bonnes idées, donc, parsèment répliques et plans, parmi lesquels un cas (plus rare dans la vie ou au cinéma ?) de viol féminin, et c'est bien là, toute la question. La possessivité, ou l'amour (« Toujours, tu doutes de moi, hein ? C'est pour ça, que t'as jamais pu m'aider »). Ah... les massages cardiaques... ah, le cinéma. Tu parles... il est comme dans la vie. À chier. Et c'est pour ça qu'on l'aime, lui.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires