Da la gaudriole par Mad et Mar
Des parents par Mad et Mar
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
La faune et la flore par Jean Mouline
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois

Stéradian publié initialement le 10 juillet 2012

Jean Becker

A. Dupontel / P. Vaneck / MJ Croze

« Tu lui diras que j'étais fou, fou amoureux d'elle... et que j'aurais donné ma vie... pour un de ses avocats-crevettes... tu lui diras ». Couic. Dupontel, tel qu'en lui-même, définitif comme un amoureux. Quel mec. Comment éviter aux autres d'être tristes, de vous perdre ? Ben pourquoi pas en les envoyant tous-se-s se faire enculer, de votre vivant ? Ça a l'air de marcher. Et c'est le synopsis bien futé de ce petit film d'un ex grand cinéaste (L'Été meurtrier). Mais à part la joie de voir ce gros malin d'Albert tout défoncer comme le cynique qu'il a pu être dans ses délires scéniques, cynique qu'il n’était justement pas en Sachs, le médecin malade de Winckler, on regrette justement ici un peu de sens, à tout ça. On voit venir gros comme un camion que derrière toute cette méchanceté, une grosse douleur se tapit sous ces rides tendrement bourgeoises. Du coup, Les yeux tristes de MJ Croze suffiront-ils à nous consoler ? Pas sûr. Quelques scènes aussi improbables qu'amusantes, comme cet auto-stoppeur chômeur précaire d'une finesse de trait qu'on voudrait sortie du FigMag, crevard comme dans un sketch de Coluche, et qui repart non seulement nourri-conduit, mais gratifié de quelques milliers d'euros (« si, si, prenez-les, faut des forces pour faire des déménagements »)... Bref, des grosses pépites d'humanité « trop humaine », comme ça. Mais comme ce ne sera pas au nom de ses trahisons bassement humaines (cul, fric, suffisances petites-bourgeoises...), qu'on déchirerait donc ce tissu social, mais bien parce que, ben, on va mourir, on est un peu... partagé. Qu'on veuille laisser pas trop de douleur dans le souvenir, ok. L'idée est même tentante. Mais on regrette alors un peu ces coups portés sur toute cette suffisance, et sa médiocrité, dès lors qu'on se rappelle, que, contrairement au bonheur familial crozéen en BMW, la mort, elle attend un peu tout le monde, monsieur Albert. Enfin, comme c'est doucement surjoué, car ça doit être lassant, la méchanceté systématique, ben on le croit de moins en moins, notre papa en quête de l'idéal papa. Deux heures, du coup, pas complètement à chier, si vraiment on a du temps et des personnages à tuer... ailleurs que devant un autre film.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires