À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
La faune et la flore par Jean Mouline
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Da la gaudriole par Mad et Mar
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
Des parents par Mad et Mar
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni

Stéradian publié initialement le 10 juillet 2012

Adam Green

Sh. Ashmore / K. Zegers / E. Bell / R. Vanderbilt / E. Ackerman

Au départ, un teenage film à la con, avec du pop-punk californien, des snowboards, des minets et des bombasses. Puis on attend le pire, annoncé dès l'affiche, la panne de télésiège, et la tempête qui s'annonce. Oubliés, comme Jean-Claude Dusse, « quand te reverraiii-je ». Si, ils l'ont fait. Quelques péripéties, donc, pour nos trois coincés. 30m du sol. La poudreuse damée à mort. Et c'est parti, on improvise, faut réagir. Et à l'horrible, on s'y prépare, et, devinez quoi ? Il arrive. Oui, madame. Mais quelque chose devient clair. Au lieu d'une escalade de couilles en glacier, tempête, crevasse, etc., c'est bien juste dans ce télésiège, et juste autour, éventuellement, que le film se jouera. Ce huis-clos en extérieur, sans toutefois voler très haut (hihi), a le mérite de pas trop nous la jouer film cata à la con, version alpes USA. Étouffant, malgré le hors sol et le plein air. Alors comment meuble-t-on l'horreur par moins 20° C ? Ben on cause. La tentative est donc louable, et pas si évidente, devant la pente glissante d'occazes nazes d'engelures et de précipices, qui s'offrait au scénar. Ici, tout est contenu... dans le siège, et dans les persos, pas si puérils après tout, vu l'exercice. Suggéré, jusqu'à l'outrance, du dialogue minaudant, on s'aperçoit que l'horreur, c'est l'attente de l'horreur, et elle est bien au rendez-vous. Glacé, presque... frais. Un clin d'œil mièvre : les loups, des fois, sont pas chiens.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires