À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
Des parents par Mad et Mar
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
La faune et la flore par Jean Mouline
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
Da la gaudriole par Mad et Mar
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000

« Le tour du monde en un jour ! » C’était le slogan publicitaire de l’exposition coloniale de Vincennes en 1931, censée marquer le prestige de la « Grande France ». Quelques décennies plus tard, la décolonisation est passée par là, mais pas par tous les esprits. Ainsi, la 70ème foire-expo de Douai vient d’ouvrir ses portes avec en tête d’affiche une exposition intitulée « Trésors et secrets d’Amazonie ». Tout cela agrémenté de la présence du chef « indigène » et chaman Kisibi, sorte de VRP de la tribu des Desama, avec carte de visite et site internet, ce qui semble surprendre le gratte-papier de La Voix qui écrit, non sans un certain « humour » à la Michel Leeb : « Vu d’ici, pour certains, un chef indien d’Amazonie devrait ressembler à une espèce de sauvage, un peu brut de décoffrage et admiratif des bienfaits de notre civilisation. » Kisibi occupera son temps à témoigner des problèmes de sa tribu, comme la déforestation en cours au Brésil. Heureusement, ce dernier ne sera pas obligé, comme les colonisés de l’époque, d’être parqué dans un zoo. On imagine déjà que Daeninckx  et son Cannibale résonneront un peu dans sa tête au moment où il retrouvera les siens : « Non, je leur invente un conte, je leur dis que c’est beau, que c’est le pays des merveilles, pour ne pas briser leurs rêves… Mais très tard dans la nuit, alors qu’ils dorment dans les bras de leurs mères, quand les cendres étouffent les derniers brandons, je raconte, à voix basse, pour les anciens qui ont vu arriver les missionnaires sur la Grande-Terre. Je leur explique qu’on nous obligeait, hommes et femmes, à danser nus, la taille et les reins recouverts d’un simple manou. Que nous n’avions pas le droit de parler entre nous, seulement de grogner comme des bêtes, pour provoquer les rires des gens, derrière les grilles… »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires