Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
La faune et la flore par Jean Mouline
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
Des parents par Mad et Mar
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Da la gaudriole par Mad et Mar
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier

Le 21 janvier dernier, plusieurs incendies se sont déclarés à la prison de Sequedin dans le quartier disciplinaire. Les deux hommes accusés expliquent leur raz-le-bol du mitard. Réponse : quatre mois ferme. Affaire pliée. Rappelons qu’au 1er février  2014, le nombre de personnes sous écrou est de  78 737  dont 67 820 sont détenues. Le nombre de places opérationnelles en détention est de 57 490, ce qui donne une surpopulation apparente de 10 330. Si on prend en compte le nombre de places inoccupées, à savoir 3 006 (427 en maisons d’arrêt et 2 579 en établissements pour peine), le nombre de détenus en surnombre atteint 10 330 + 3 006 = 13 336. Mais peu importe : pour celles et ceux qui croient encore au changement, arrêtez de lire. Le nombre moyen de détenus en surnombre était en 2010 de 9 280, en 2011 de 10 640, en 2012 de 12 340 et en 2013 de 12 910. Une hausse inexorable que nous viendrons clore par ce dernier constat : en France, ce sont 1076 détenu-es qui dorment sur un matelas posé à même le sol : nouveau record.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires