Pourquoi cou(v)rir le Semi-Marathon de la Braderie de Lille ? par Jack de L'Error
Da la gaudriole par Mad et Mar
À Lille, la mairie et l'État jouent au ping pong avec les Roms par Bruegel de Bois
Aux boues de la lutte par Jean Mouline
Torino Libero par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Îlot Pépinière : en l’honneur des victimes des politiques urbaines par Jack de L'Error
Les nuits lilloises ou la politique du pilonnage par Jack de L'Error
Lille-Sud : Le développement durable à la hache par Bruegel de Bois
Concours de force publique par Frédérique Lacluysse
Des parents par Mad et Mar
500 colons sur la ligne de départ par Esteban
14 juillet : fête populaire en treillis par Erwan Letartier
De l’arrache, du record et du spleen : le concours de bouffeurs de frites à Comines par Capitaine Cœur-de-Bœuf
La Pape est mort, à bas le Pape ! par Samuele S. ("Huntingtown") Bertoni
Divagations d’un citadin en rase campagne par Capitaine Cœur-de-Bœuf
Lille-Tournai-Lille. À la recherche de l'EPO perdue par Bruegel de Bois
En plein tombeau méditerranéen par Lille43000
Au revoir LSD, bonjour Guarana : Fête de la vielle à roue à Anost ! par Erwan Letartier
Liège : reportage fleuve dans un bateau ivre par Bruegel de Bois
La faune et la flore par Jean Mouline
Le festival d'Aurillac est crade et dépravé ! par Bruegel de Bois
Le samedi de Bouvines par Jack de L'Error
Chronique de la vie ordinaire de SDF wazemmiotes par Esteban
Bal tragique à Lille : un policier égratigné, 53 interpellations par Lille43000
Violentes trombes sur l’Île singulière par Jack de L'Error
Sous les ors du Palais par Frédérique Lacluysse
Calais : les vivants et les murs par Bruegel de Bois
HLM à Euralille : le « vent de renouveau » a un goût de vieille rengaine par Erwan Letartier
« Mes frères sont en prison parce que nous cherchons justice et vérité pour Adama » par Bruegel de Bois
Ulysse est un oiseau de passage par Bruegel de Bois

Le FN n’est donc plus le seul à utiliser Facebook pour livrer des propos racistes. C’est ainsi qu’on a vu apparaître sur la page du Bureau des Étudiants de Sciences Po Lille des pensées aussi débiles qu’affligeantes. Une jeune d’origine arabe assimilée « à une trafiquante de drogue ou à un loukoum », un étudiant au nom asiatique invité « à manger des nems, le dos courbé sous le soleil des rizières… » Le directeur, Pierre Mathiot, a condamné samedi dernier les propos et « s’interroge sur le niveau de conscience des auteurs », selon La Voix. Oui, enfin, bon, nous ne sommes pas ici en face de collégiens à moitié abrutis et gavés de télé (encore que). Bourrés ou pas, leur niveau de conscience penche à droite, très à droite. Une des jeunes femmes visées hallucine que cela puisse se passer « dans cette école réputée pour former des élites ». Voilà le vrai problème, c’est de croire que « élite » rime avec « humanisme » ou « tolérance », alors que ces dernières ont déjà une large responsabilité dans la circulation des clichés. Gérard Noiriel, historien de l’immigration, le rappelait il y a quelques temps : « Aujourd’hui, c’est le discours politique qui véhicule la plupart des stéréotypes sur l’immigration ». Des lectures qu’on ne saurait que trop conseiller à ces futures élites.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires