Le linge sale de l’ENL

Mise au point

• Chers collègues, cher Directeur,


Je tiens à faire part à l'ensemble de l'École Néogonzo de Lille de la partie centrale de ma défense lors de ce conseil de discipline, injustement convoqué, ce vendredi prochain.


- J'ai effectivement entravé la route de Jack de L'Error, notre directeur, avec des chaises en plastique. Et pour cause : celui-ci me poursuivait muni d'un tire-bouchon géant confectionné avec du bois de vigne. « Je vais t'ouvrir ! » criait-il. La course-poursuite était telle que certaines chaises ont volé un peu plus haut que prévu. À qui la faute ?


- Je tiens à rajouter une chose : cette attaque, ce « coup de pression », est complètement inadmissible de la part du directeur de notre école prestigieuse. Il tente de m'exclure car je ne me plie pas à son règlement intérieur. Il tente de nous diviser, nous, ses élèves, pour mieux nous contrôler. Il tente enfin de rétablir le peu d'autorité qu'il a sur nous.


Pas de négociation, camarades ! Résistance ! •


Capitaine Cœur-de-Bœuf

Conseil de discipline d’un élève de l’ENL

• Durant l’été 2012, le Capitaine Cœur-de-Bœuf a tenté de mettre fin aux jours de Jack de L’Error, directeur patenté de l’École Néogonzo de Lille (ENL), en lui lançant dessus un couteau à viande. Le lendemain de cette tentative avortée — heureusement le meurtrier était ivre et ne pouvait plus viser —, il dit à sa victime :

« Je suis désolé, Jack, je voulais pas vraiment te tuer.

— Le juge ne fera pas la différence ! tonna le directeur de l’ENL.

— Alors tu règles tes comptes avec la justice bourgeoise ! s’énerva Cœur-de-Bœuf.

— Avec les salauds de ton espèce, oui ! conclut Jack. »

Depuis, le directeur de l’ENL a été victime d’une seconde tentative d’homicide perpétrée par le même assassin. Cette fois, avec une chaise balancée au travers de la gueule. L’administration de l’ENL fait donc savoir au Capitaine Cœur-de-Bœuf qu’il est convoqué vendredi prochain pour un conseil de discipline. Nous discuterons des sanctions à prendre — allant de la privation totale d’alcool pendant 365 jours à une séance publique de fessées devant le Relax à Wazemmes un samedi soir. Nous ne pouvons laisser l’indiscipline régner au cœur de notre école. •

Communiqué de l’ADMINISTRATUR de l’ENL

43000 chirurgies esthétiques

• La nouvelle version de notre site, seul donc premier du journalisme néogonzo de Lille et d'ailleurs, voit le jour ce vendredi 14 juin.

Plus lisible, plus nuisible, plus intelligible, plus incorruptible, plus cohésif, plus corrosif, plus cohérent, plus marrant, plus halluciné, plus lumineux, plus auto-dérisoire (en tout cas c'est le baratin que la direction veut nous faire gober). Phénix en constante et lucide ébriété, il rendra encore plus (ou moins) accessible notre inénarrable aventure, qui ne changera pas de nom de domaine, pour rester dans les clous de la traçabilité assumée.

Sages et sagaces, en un mot : l'École Néogonzo.

À tous les chercheurs-euses et tous les flâneurs-euses, on sait bien que vous ne vous égarerez pas ici longtemps, mais bienvenue à nouveau quand même, sur ce fonds inépuisable de légendaire rigueur journalistique enfin digne de ce nom.

(Puisqu'on vous le dit...) 

Réunion de refondation du site de l’ENL

• 20 heures, dans les locaux de l’ENL. Jack de L’Error annonce une soirée historique. Et ordonne un hommage unanime à Samuele Bertoni, mort tragiquement une semaine plus tôt. Le Capitaine s'insurge, on le fait taire avec un verre de bière. Le nouveau Lille43000.com devrait décoller dans les prochaines heures. •

Samuele Bertoni est mort

• Notre collaborateur et ami Samuele Salvatore Bertoni est mort le soir du 6 juin 2013 lors d'un accident de la route.

Son véhicule, sa célèbre MG décapotable, a quitté la route dans un virage, entre Monaco et Menton, à 13 km de la frontière franco-italienne. Son corps calciné a été restitué à sa famille.

Il venait d'avoir 50 ans.

Sa collaboration à l'équipée sauvagement gonzo Lille 43000 datait de 2011.

Son œuvre majeure reste ses délicieuses pizzas, quelques contributions au sabordage et au sabotage de l'Occident dominant, ses carnets de route zigzagant entre vagabonderies inutiles et acuité politique.

Il restera encore dans nos mémoires comme le plus infatigable regardeur de films, dernière vitrine encore debout d'un monde éclaté.

Fait chier les précipices.

Nos pensées et notre chagrin se joignent à ceux de sa veuve et ses enfants. •