De-Bœuf sauve De L’Error d’une mort certaine ou le grand retour du Capitaine Cœur-de-Bœuf à l’ENL

• « Chaque histoire a ses retournements les plus improbables. On se souviendra de celle-là ! » Hier, dans les locaux de l’ENL, le Directeur n’en revenait toujours pas. Les faits ont de quoi surprendre : victime d’une lâche agression terroriste dans la nuit de dimanche à lundi, M. de L’Error a été sauvé in extremis par le Capitaine Cœur-de-Bœuf, « ennemi public n°1 » depuis un mois. Mais les détails rapportés ne laissent pas de doute sur leur véracité.

À deux heures, dimanche matin, le directeur de l’ENL, de retour chez lui après avoir vaillamment défendu le prestige de l’école dans une demi-douzaine de rades différents de Wazemmes, est tombé dans un guet-apens. À quelques mètres de son entrée, quinze hommes cagoulés et armés de battes et de chaînes l’ont encerclé. Ils auraient alors déclaré quelque chose d’incompréhensible et se seraient revendiqués d’un certain « Koumité de soutien ». En tous les cas, ces individus ne s’intéressaient pas à son portefeuille mais semblaient plutôt en vouloir à sa vie.

M. de L’Error, qui avait sans doute mal saisi la gravité de la situation ou qui était tout simplement bourré, a répliqué sans articuler : « Prés’tez-vous, chacals puants ! J’vous préviens, si v’voulez en découdre, j’ai étudié l’style Niten Ichi Ryu, et j’vous emmerde, salauds ! Allez, v’nez, un par un ou tous ensemble, comme vous préférez ! » Alors tout est allé très vite. Les hommes ont foncé sur le Directeur, qui allait se prendre la dérouillée de sa vie, mais un cri grave et sinistre, comme extirpé de l’au-delà, les a stoppés tout à coup. Une forme s’est révélée au loin, puis une silhouette suivie d’une ombre gigantesque s’est approchée rapidement. Au même moment, des bouteilles de Chimay bleue leur tombaient sur la tête, comme du ciel. Le cri se faisant plus horrible encore à mesure que la silhouette se rapprochait, les lâches agresseurs ont pris la fuite. Sonné, M. de L’Error a relevé la tête :

« Jack !

– …

– Jack ! Ça va ? C’est moi !

– …

– Jack, putain, c’est De-Bœuf !

– … Espèce de petit salaud !

– Oh !

– … Robert Wyatt… t’as Wyatt ?

– Non… mais qu’est-ce tu m’parles de Wyatt là ?!

– … Ordure…

– Voilà comment tu remercies celui qui t’sauve la vie. Ces mecs voulaient ta peau. T’as d’la chance que j’étais dans les parages…

– … Hum ?

– Ces mecs voulaient ta peau ! Je t’attendais depuis une heure… faut qu’je te parle, Jack.

– Rob… Wya…

– Tu m’fais chier avec Wyatt à la fin, merde ! Écoute-moi… »

Il semble que le Directeur ait alors perdu connaissance, et personne ne sait ce qu’il s’est passé après. Mais M. de L’Error a fait savoir ce matin, par voie de communiqué, que le Capitaine Cœur-de-Bœuf était réhabilité dans ses fonctions, sans autre commentaire. Il est difficile à l’heure actuelle de comprendre ce revirement de la direction, d’autant que, de source sûre, De-Bœuf serait loin d’avoir fini son papier sur Wyatt. Ceci dit, ce dernier évènement peut nous laisser espérer une sortie heureuse d’un conflit qui affecte l’ENL depuis plusieurs semaines. •

Commentaires   

 
#1 Koumité de soutien 06-08-2013 20:48
Communiqué du Koumité de soutien au Capitaine :

Nous, koumité de soutien du Capitaine, prenons acte de la dérobade "pitoyable" de M. De L'Error, Directeur de l'ENL.
Nous, koumité de soutien du Capitaine, déclarons, après la réhabilitation ô combien méritée du Capitaine, enterrer (mais pas trop profond) la hache de guerre.
Nous officialiseront prochainement ce statut quo ante autour d'un bon vieux calumet.
Vive le Directeur (pour l'instant) !
Vive le Capitaine !
Vive la Commune Libre de l'ENL !
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir