Dédales

Stéradian publié initialement le 25 juillet 2012

L. Wilson / S. Testud / Fr. Diefenthal / Le vieux bubar des Portes de la gloire

Générique mégachiadé, on dirait un de ces films français qui font osciller leur « plot » entre philo prophétoïde et sciences humaines au taquet, et veulent dire aux ricains qu'on n'a pas besoin d'eux. Laissez-moi rire. Héhé. Voilà qui est fait. Ici, psychiatrie. Testud joue un gars-nana, tombe bien, ille s'appelle Claude, et nous rejoue la scène démarrage à la Terminator : une armurerie sait-elle vendre quelque chose sans risque ? D'ailleurs, en matière de prophète, il ne tarde pas... Diefenthal barbu et hirsute himself, de ses visions, fait avancer l'enquête vers la vérité vraie. Même ses collègues l'appellent Nostradamus, c'est dire si l'ironie le couvre. Mais ils sont si cons les flics seconds couteaux, quand les chefs sont si divins qu'ils devinent... Que fait la police ? Elle voit à l'intérieur ! De la psychiatrie à la scène de crime, dans l'haletant rythme qui « campe » un peu tout ça (pendant ce temps / six nuits avant l'arrestation...), on ne peut s'empêcher de penser à Vargas, ou Dantec, un de ces « modernes » ploucs. C'est lisse comme du Genet, et pourri comme du Pacte des Loups. Français, en un mot.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir