Bruno Bonduelle rêve du XIXe siècle

Dans une interview accordée à Nord Éclair sur ses projets de gares TGV dans la métropole (05/12/09), le chef de la Chambre de commerce de Lille – patron « excentrique » mais très influent auquel La Brique n°19 consacre un excellent papier – livre ses fantasmes sans ambages : « On sait bien que l'on va vers une révolution totale des transports. On reviendra à l'Europe des trains et des buffets de gare, comme pendant la révolution industrielle au XIXe siècle. » Ah ! La révolution industrielle ! On pouvait au moins exploiter les misérables sans état d’âme. Des misérables dont on usait allègrement pour construire des chemins de fer et pour faire tourner les machines… De cette façon, les riches pouvaient voyager peinards et s’adonner aux joies du tourisme mondain. C’était le bon temps.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires