Nous ne sommes pas seuls au milieu d'un champ...

Reçu dans notre boîte mail dans la nuit... : « En plein mouvement social, le gouvernement annonce des expulsions ciblées mais massives sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes à grand renfort de bleusaille (2500 gendarmes annoncés). Si nous avons gagné tou-tes ensemble l'abandon du projet d'aéroport, les centaines de personnes qui sont venues engager leur vie en occupant l'espace et en renouvelant le contexte politique, y auront contribué pour une part décisive. Maintenant, c'est à dire à partir de lundi matin 6 heures, le gouvernement prétend faire un tri parmi les habitants selon des critères de radicalité difficiles à établir. Invoquant le retour à l'État de droit, il balaie notre revendication de gestion collective du foncier étayée pourtant juridiquement (à l'exemple du Larzac) et rejette même le droit en défense dans sa procédure d'expulsion des habitants. Nous avons nous même engagé notre vie et notre famille dans cette aventure, parce que ici nous pourrions déployer en vrai, notre rêve de paysannerie engagée dans la société autant qu'en prise avec l'environnement au-delà des limites de nos champs. Ce serait non seulement trahir les autres mais aussi se renier que de laisser vider ce territoire de sa substantifique moelle, les gens qui l'ont défendu.
Il n'est pas même évident que nous échappions à la vague d'expulsion tant les contacts avec la préfecture sont pauvres. En pleine campagne de destruction sociale, le gouvernement prétend venir jouer ici un rôle d'arbitre utile pour résoudre des conflits qu'il entretient lui-même (circulation sur la D81, mutisme sur nos propositions, choix de partenaires de discussion étrangers à la lutte pour la préservation de ce territoire).
Nous appelons donc à venir nombreux-ses protester contre ces opérations sur l'ensemble du territoire. » Dès ce soir, à Lille, rendez-vous est donné à 18H, Grand'Place.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires