Le péril du socialisme d'affaires

On a peur. Vraiment très peur. Cette fois ça y est ! Madame-le-maire-de-Lille Martine Aubry chef du Parti – business – Socialiste, a totalement succombé au péril rouge. L’été dernier déjà, on se demandait. Quand elle a déclaré à Liévin, presqu’en rougissant : « il faut revenir aux sources du socialisme, celles du combat ouvrier contre les injustices, […] contre le libéralisme financier » (Nord Eclair, 27/06/08). Cette fois, c’est dans une lettre signée de sa plus belle plume, envoyée à chaque Lillois peu de temps avant les européennes, qu’elle a affirmé une fois de plus son « combat » : « Nous ne voulons plus de l’Europe libérale qui conduit à tant d’injustices ». Depuis trois jours maintenant, une grande panique a envahi les quartiers centraux de Lille. C’est en effet dans ces zones que les grands bourgeois et les bobos se sont implantés il y a quelques années, grâce à l’action conjointe des entreprises de démolition, des promoteurs immobiliers et du Parti – business – Socialiste qui a fait de Lille une vitrine commerciale branchée de l’Europe mercantile. « Ici à Lille […], vous nous faites confiance ». La mairie de quartier du Vieux-Lille, quartier emblématique de « ce que les socialistes font pour que chacun vive bien », a ouvert une cellule d’aide psychologique pour accueillir ces « nouveaux » habitants, encore sous le choc.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires