La cité de la peur

Samedi 27 septembre, des migrants se font refouler d'un Leader Price à Calais. L'avantage, si l'on peut dire, c'est que les migrants sont visibles, sinon par leur état de fatigue, du moins par leur couleur de peau : cela s'appelle tout bonnement de la discrimination. Et c'est – encore  illégal. Des militants No Border ont filmé la scène tandis que le responsable se justifie : « Je vous remonte les infos, c’est les clients qui ont peur quand ils achètent. » La Voix en profite pour prendre le pouls des autres commerçants ou encore d’autres clients, comme Dominique, à l’aise dans ses rangers : « J’ai peur d’attraper des maladies ou de les donner à mes enfants. » Peurs, fantasmes et raccourcis, à Calais, la bêtise semble contagieuse.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires