Une semaine presque comme les autres

Une lycéenne de 15 ans agressée physiquement pour son soutien aux exilés, une manif’ aux relents xénophobes, un président de la CCI qui réclame la présence permanente de la police, des migrants qui manifestent contre les violences policières, un sous-préfet qui explique que « les policiers sont là pour remettre de l’ordre à un trouble dont le fait générateur est le comportement des migrants », un ministre de l’Intérieur et une sénatrice-maire qui s’entendent pour renforcer la surveillance militaire des frontières (Frontex) et lancer une opération « zéro squat ». C’était une semaine presque comme les autres à Calais.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires