Le prix du profit

Jeudi, rue du Ballon, à l’entrée du dernier conseil de Lille métropole communauté urbaine (LMCU), la CGT a manifesté contre les « hausses importantes et continues » des tarifs des transports en commun : « En 2013, LMCU a imposé aux usagers une hausse moyenne de + 7% succédant à celle de 2012 de + 4,8% ». Y’a pas de petits profits, même avec un service public, délégué « à des entreprises privées (Véolia ou Kéolis) dont le but principal est la rentabilité financière avec un reversement de dividendes très coûteux aux actionnaires ». La direction de Transpole, œuvrant justement pour ces actionnaires, ne dira pas le contraire. Sauf que sa préoccupation, à elle, n’est pas de rendre le métro plus accessible en baissant le prix du ticket. Non, ce qui « n’en finit pas de préoccuper la direction de Transpole », c’est la fraude, autrement dit « un manque à gagner de près de 14 millions d'euros ». Et moins de fraude c’est plus de dividendes, quitte à prendre le fric des plus pauvres pour le redonner aux plus riches.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires