Les habitants ont un avis, et alors ?

Dans son petit « billet » mensuel (Éco121, mars 2014), Bruno Bonduelle condamne l'organisation de référendums locaux concernant le devenir des collectivités territoriales : « La démocratie s'arrête là où commence la démagogie ». Pour étayer son propos, le « gouverneur du Nord » cite le cas de la communauté urbaine de Lille : « Ne fût-elle [sic] pas imposée par la loi en 1967 ? Si l'on avait interrogé ses habitant [sic], ils l'auraient rejetée à 80% ! » Pas faux, et peut-être même qu'aujourd'hui, près d'un demi-siècle plus tard, ils la refuseraient à 90%. Voire à 100%.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires