Le théorème de Thales

Couverture médiatique, visite du ministre de l’Intérieur, financement public (350 000 euros de la Région cette année)... le FIC, comprenez Forum International de la Cybersécurité, a attiré toutes les attentions la semaine dernière à Lille Grand Palais. Inventé en 2007 par le Général – quelle surprise – Marc Watin-Augouard, le forum 2014 était axé sur la confiance. D’où le fait, par exemple, que son appellation soit passée, l’an dernier, de « cybercriminalité » à « cybersécurité ». Bah tiens. Les gens seraient-ils sceptiques après les révélations d’Éric Snowden ?  Pour notre général, l’important est la quête de l’équilibre : « Il faut trouver un juste milieu entre libertaire et sécuritaire », répond-il aux opposants à tout flicage. « Un juste milieu », soit dit en passant, que l’on a bien du mal à trouver dans la politique de notre belle métropole (des caméras en veux-tu en voilà, des policiers en plus, des cartes Pass Pass qui finissent de classer les déplacements en « données »). En tout cas, c’est peut-être cette quête impossible « du juste milieu » qui a poussé un certain Commando Gallinacé Terroriste à recouvrir d’œufs et de peinture la façade de l’entreprise Thales la semaine dernière. Les services de police n’ont pas encore déterminé si les armes employées étaient oui ou non génétiquement modifiées. Mais peu importe : Thales, faut-il le rappeler, est une entreprise qui fait la guerre par correspondance, de Lambersart à l’Afghanistan. D’où le fameux « juste milieu » du général : « Quand on est confronté au terrorisme, on peut comprendre que certains Etats aient pris des mesures pour mieux maîtriser la menace. » Bah oui, c’est pas la faute aux armées occidentales si des groupes terroristes s’énervent tout seuls dans leur bled. On n’y peut rien, M’dame. Pour avoir la sécurité ici, il faut bien accepter l’insécurité ailleurs, cqfd.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires