N’en faites pas trop, M. Boucher, ça risque de se voir

Dans La Voix du Nord du 17 janvier, on trouve une double page consacrée à la gloire des patrons du Nord-Pas de Calais. Rien d’inhabituel, nous direz-vous, et on ne peut qu’être d’accord. Seulement, cette fois, le quotidien-lointainement-issu-de-la-résistance a voulu marquer le coup en invitant dans ses locaux une vingtaine de patrons de « la nouvelle garde » pour vous souhaiter « une bonne année » : « Pour la première fois, nous avons tenu à les réunir avec Bruno Bonduelle, leur parrain symbolique, sans doute le plus grand agitateur de réseaux des précédentes générations. » En pleine page, une photo immortalise ce moment ‒ « regardez-les bien, observez leurs visages ». Comme pour une classe autour de son maître, ici Bonduelle qui, rappelons-le, est l’« ami » de celui qui se trouve sans doute derrière cette mascarade. Nous parlons bien de Yannick Boucher, chef des pages « économie » de La Voix et grand adepte de l’auto-interview. Mais qu’on se rassure ! Ce professionnel de l’information n’a pas poussé le vice jusqu’à poser aux côtés de son poteau patron. Rester dans l’ombre, tel est le sort de l’hagiographe.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires