Je t’aime moi non plus

La rupture entre socialistes et communistes à Lille ou Roubaix ne fait pas que des heureux. Ainsi à Marquillies, fief du sénateur-maire communiste Éric Bocquet, hors de question de remettre en question l’alliance politique. Ce n'est pas une surprise, et ce n’est pas Joël Mailly, son adjoint socialiste, qui le contredira : « Nous sommes dans une petite commune. Ici, on laisse nos étiquettes à la porte de la mairie. » Pourtant, si on a bien compris, c’est cela (et l’abandon des idées qui va avec) qui pousse certains communistes à partir seuls aux prochaines élections municipales.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires