Grève du cerveau

Rififi dans le petit monde du football professionnel : depuis que le gouvernement a annoncé son projet de taxer les clubs à hauteur de 75% sur les plus hautes rémunérations, les clubs français ont décidé à l’unanimité de se mettre en grève le dernier week-end de novembre. L’un des plus réfractaires à cette taxation n’est autre que le président du LOSC, Michel Seydoux. Remarquez que ce dernier avait dû subir une grève victorieuse en début de saison, à savoir celle d’un joueur qui avait refusé de s’entraîner pour quitter le club. Alors, la grève, Michel Seydoux s’y résigne sans enthousiasme : « Je ne connais pas de grève populaire. Quand les aiguilleurs du ciel ou les cheminots font de même, ça ne fait pas plaisir », déclarait-il hier à Nord Éclair. Oui, enfin, quand des travailleurs font grève pour améliorer leurs conditions de travail ou sauver leurs retraites, leur action est sans doute plus populaire (dans tous les sens du terme) que celle de patrons pleins aux as qui se plaignent qu’on leur sabote leur hobby.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires