La voix de Guéant

Premier mars. Sur plus de 500 mots, La Voix du Nord se lâche et lèche goulument les fesses du nouveau ministre de l'Intérieur, « enfant de Vimy ». L'article pourrait se passer de commentaire. Citation sans coupe : « À 66 ans, Claude Guéant, le fidèle bras droit de Nicolas Sarkozy est devenu ministre de l'Intérieur. Pour sa famille, c'est une grande fierté. Il y a quelques semaines, lors de l'inauguration de la nouvelle gendarmerie de Vimy (qui porte le nom de Jeannick Tapella, gendarme décédé en service en juillet dernier), certains s'étaient émus de l'absence du ministre de l'Intérieur de l'époque (Brice Hortefeux). Avec la nomination de Claude Guéant à ce poste, peut-être aurons nous droit à une visite ministérielle ces prochains mois ? » Après quelques pleurnichements sur l'histoire familiale de ce fils de « famille modeste », place aux compliments. Et c'est le frère de l'intéressé, André Guéant – qui dit mieux ? –, qui s'y colle : « Le voir accéder à ce poste prestigieux, c'est une immense fierté, [...]. Cette nomination, mon frère la mérite amplement vu tout le travail qu'il a accompli ces dernières années. Pour lui, c'est une consécration. » Mais bientôt, les sanglots refont surface dans les mots de son « frérot » : « Avec cette nomination, il va devoir faire face au feu des critiques. Il va certainement subir des attaques. Ce n'est pas toujours très réjouissant mais bon, ça fait partie du jeu. » Pas peur du ridicule, le journaliste de La Voix conclut : « Depuis qu'il occupe des fonctions importantes, Claude Guéant vient un peu moins souvent à Vimy où vit encore sa mère, Madeleine, âgée de 90 ans. Nul doute que cette dernière doit être fière de son fils. Comme sans doute beaucoup de Vimynois... » Pas de doute, les étroites relations du quotidien nordiste avec la police ne sont pas prêtes de s'arrêter...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires