Billets

Mort par la France

 « Ce ne sont pas des soldats, ce sont des hommes. Ce ne sont pas des aventuriers, des guerriers, faits pour la boucherie humaine - bouchers ou bétail. Ce sont des laboureurs et des ouvriers qu'on reconnaît dans leurs uniformes. Ce sont des civils déracinés. Ils sont prêts. Ils attendent le signal de la mort et du meurtre ; mais on voit, en contemplant leurs figures entre les rayons verticaux des baïonnettes, que ce sont simplement des hommes. » Henri Barbusse, Le Feu, 1916.

Sans titre (de propriété)

A Rémi,  Zyed, Bouna et toutes les victimes des violences policières.

De la fête à l’émeute. Retour sur le pilonnage de la rue Henri Kolb

Quelques temps après l’intervention policière de la rue Henri Kolb du 12 janvier dernier – que j’ai rapportée avec toute la rigueur journalistique que l’on me connaît –, le Resto Soleil a reçu une menace de fermeture administrative de deux mois. Ce bar-pizzeria – ou cette pizzeria-bar, c’est selon – a « été signalé » au préfet « pour des infractions relevées tant par la police nationale que par la police municipale ». Notamment lors de cette désormais fameuse irruption nocturne des forces de l’Ordre, dont le récit qu’elles ont envoyé au préfet n’est qu’une parodie déglinguée de ce qu’il s’est réellement passé. Hélas, au-delà des hallucinations, les emmerdes, elles, sont bien réelles.

Doux Jésus, nous sommes attaqués par des journalistes patriotes et va-t-en-guerre !

Au bout d'une semaine harassante d'une campagne de mobilisation générale autour des matchs éliminatoires pour la Coupe du monde de football, jalonnée d'une défaite militaire (cherchez les coupables) et d'une victoire (cherchez les héros) qui a le goût de revanche, la France bat l'Ukraine trois buts à zéro. Cocorico, armistice et fin de partie. Enfin, pas pour tout le monde.

La crainte et le dégoût. Quand Hunter S. Thompson réagissait à l'assassinat de John F. Kennedy

Le 22 novembre 1963, Hunter S. Thompson écrivait à son pote William J. Kennedy pour réagir à l'assassinat du président américain à Dallas. Le journaliste utilise pour la première fois l'expression « La crainte et le dégoût ». Un avant-goût sur la mort du rêve américain.

Informations supplémentaires