Billets

Le capitalisme (dé)raisonnable de la communauté urbaine de Lille

Il y a un peu plus d’un an, Pierre de Saintignon – « L’Homme qui valait trois salaires » – dénonçait le « capitalisme financier scandaleux » et espérait de tout son être la venue du messie : le « capitalisme raisonnable ». C’était la « crise » et aujourd’hui c’est toujours la « crise ». Mais les élus de Lille Métropole Communauté Urbaine ne connaissent pas pour autant le mot « raisonnable ». En attestent dernièrement les 21 millions d’euros offerts gracieusement à Parkeon, une société spécialisée dans la « mobilité urbaine » et siphonnée à distance par quelques financiers peu scrupuleux.

Le métro de Monsieur Quiquet et le nôtre

Métro en panne. Pendant dix, trente, soixante minutes… Situation classique pour les usagers de Transpole, pour ne pas dire coutumière. Avant-hier, l’interruption devait durer une demi-heure ; il y en a eu pour une heure. Hélas, j’y étais. Vous vous doutez donc, lectrices et lecteurs bien aimés, que lorsque je suis rentré chez moi, après une marche éreintante sous une pluie glaciale, je ne pouvais qu’avoir – je le dis – les « boules ». Mais il a fallu encore que je tombe sur le texte d’un élu Vert – par ailleurs cycliste émérite – s’appuyant sur André Gorz pour justifier la marchandisation de ce métro « tout pourri ». J’oscille entre stupéfaction et hilarité…

Le manifeste du droit à la ville

Un spectre hante le Monde : le spectre du « droit à la ville ». Toutes les puissances capitalistes se sont unies en une Sainte-Gouvernance pour traquer ce spectre : les promoteurs et les municipalités, le patronat et ses flics, Aubry et Bonduelle, les bourgeois londoniens et les militaires de Shanghai. Partout la gentrification expulse du centre les classes populaires. Mais cette offensive court à sa propre perte : bientôt assiégés par leurs périphéries, bourgeois et petits bourgeois verront leurs hyper-centres assaillis de toute part. « Et on dansera sur les ruines de ces belles vitrines et, à notre passage, tu pourras compter les victimes. Barricades, barrages partout sur Paris, partout sur la ville que de la barbarie. » Et bim !

Les bourgeois de Shanghai

La Chine est en ébullition. Depuis qu’ils ont appris la venue de quelques grands bourgeois lillois à Shanghai, lors de l’exposition universelle 2010, les Chinois trépignent d’impatience. Partout dans le pays, des manifestations populaires rassemblant des millions de personnes sont organisées en l’honneur de Didier Fusillier, partout on acclame le nom de Pierre de Saintignon… nul doute, la bourgeoisie lilloise va faire fureur au « Pays du Milieu ».

Mort de Lech Kaczynski : et si on allait chier sur sa tombe ?

Tous morts. Sarkozy et sa femme, une partie de l'État major français, quelques ministres, le gouverneur de la Banque centrale... Point d'appel au meurtre ici, mais avouons qu'on pourrait être nombreux à avoir le sourire aux lèvres, comme ce fut le cas lorsque Guillon-le-comique en a rêvé pour France Inter. L'important ici, c'est de se mettre à la place des camarades polonais, pour qui le rêve est devenu réalité. Bien entendu, la presse locale n'est pas de cet avis...

Informations supplémentaires